Cake individuel aux abricots

Ingrédients (pour 1 cake individuel)

– 40g de farine

1 œuf

100g de fromage blanc

1/2 sachet de levure chimique

1 c.à.c de vanille liquide

– 2 c.à.c de sucrant (miel, sirop d’agave…)

– abricots

 

Préparation

Préchauffer le four à 180°C, chaleur tournante.

Mélanger l’œuf avec le fromage blanc, le miel (ou autre sucrant) et la vanille liquide.

Ajouter la farine et la levure chimique. Bien mélanger.

Mettre dans le moule et disposer par dessus des tranches fines d’abricots.

Enfourner le cake pendant 20 min (pour savoir si votre cake est cuit, passer un couteau au milieu du cake et si le bout ressort sec, c’est que c’est cuit. Sinon, remettre votre cake à cuir).

Bon appétit 😉

Si vous utiliser une de mes recettes sur instagram, merci de rajouter le hashtag #healthylillyrecipe pour me notifier de vos réalisations 😀 

Publicités

Course Royale 15km

Hello ! Et oui… encore un CR de course ! J’enchaine un peu en juin mais ensuite ça sera la pause estivale avant de reprendre en septembre 🙂

Dimanche dernier, j’ai eu la chance de pouvoir courir dans les jardins du Château de Versailles lors de la Course Royale de 15km, une première pour moi !

LE DÉPART

Habitant à presque 2h en transport de Versailles, j’y suis allée en voiture en emmenant ma copine Claire avec moi. 40min après, sans bouchon, nous voilà arrivées (un miracle le périph’ presque fluide ^^)
C’était blindé de monde & nous avons dû nous garer sur le côté de la route car il n’y avait plus aucune place. Je n’en suis pas très fière mais je n’avais pas trop le choix aha

Étant partenaire de la course, j’avais la possibilité de récupérer mon dossard le jour J. Je me suis donc dirigée vers la tente partenariat pour le récupérer, enfiler la jolie couronne de Princesse & bien entendu mes oreilles de Minnie 😉 

La petite envie de faire pipi d’avant course se manifeste & je commence à faire la queue aux toilettes. Il y en a pas mal mais il y a aussi beaucoup de monde qui patiente devant.
9h arrive et 8 personnes sont encore devant moi. Le départ de la course ne va pas tarder – qu’est ce que je fais ? Bon… tant pis pour le pipi, je me retiendrai !

Je retrouve Claire & sa collègue Émilie et nous nous plaçons dans le SAS de départ.

Les SAS ne sont pas contrôlés, tout le monde va où il le souhaite. On se retrouve dans les dernières vagues de départ  (la 20e d’après l’animateur), le soleil brûle déjà mais j’ai prévu le sac d’hydratation avec de l’eau sucrée.
Après 20 bonnes minutes à trépigner, let’s go !

1km-5km

Le départ est étroit et on se marche tous un peu dessus mais j’arrive rapidement à me dégager pour y aller à mon rythme. 0 pression pour cette course, j’allume ma montre par principe mais je ne veux pas la regarder. 0 chrono’ en vu. J’ai fais mon objectif 1 semaine plus tôt, aujourd’hui j’y vais en mode détente ! 🙂
Et je suis trop contente de courir ici, c’est splendide !

J’en profite pour m’arrêter et faire ma première photo de touriste aha

Le 1er km passe rapidement et on bifurque pour monter des marches – aha la blague ! Heureusement qu’elles ne sont pas longues, je les aurais fais en marchant sinon lol

Ensuite on se dirige vers des allées toutes mignonnes et jolies & je m’arrête encore faire des photos. La bénévole juste à côté me sourie en comprenant ce que je fais, je la salue et c’est reparti.

On court sur des gravillons & ça n’a pas loupé, une nana est sur le bas côté avec les 2 genoux en sang ! Aïe aïe ! Elle a du trébucher et s’éclater direct au sol…

Le parcours n’est pas très roulant par contre, il y a pas mal de faux plats mais heureusement on court souvent à l’ombre des arbres. Même si le sol est du coup très terreux et qu’on doit faire gaff à ne pas se prendre les pieds dans un trou ou… un caca de cheval aha

Par moment il y a de grands chemins pavés mais comme ils sont au soleil, tout le monde court sur le bas côté entre les arbres. 

Le premier ravito arrive et je chope un verre d’eau pour m’asperger le dos – ça fait du bien !

5km-10km

On continue à courir dans les bois & je profite de chaque instant, c’est vraiment beau ! Et heureusement que le beau temps est au rdv car sinon, des chaussures de trail auraient été nécessaires pour ne pas glisser, on est loin des routes parisiennes !

On commence à courir autour du lac, c’est splendide ! Le soleil fait briller la surface de l’eau… wahou, j’en prends plein la vue. C’est rigolo de voir tous ces coureurs autour de l’eau, on dirait qu’on fait tous tranquillou notre balade du dimanche tellement l’ambiance n’est pas la même que celle des courses sur Paris.

J’ai un petit coup de mou vers le 7eme km, pile avant une légère pente. Heureusement j’ai emmené avec moi mes fidèles barres gerblé à la pâte d’amandes et j’en mange la moitié. Cet apport en sucre me fait du bien, je repars comme en 40 !

Au 2ème ravito, je fais un peu la queue pour attendre qu’un bénévole me verse de l’eau dans mon gobelet. Je le jette sur mon dos pour me rafraîchir de nouveau. Je n’ai pas hyper chaud comme certains mais ce petit coup de fraîcheur n’est pas de refus !

10km-arrivée
Oula déjà 10km de parcourus ? Je ne m’en suis même pas rendu compte !
On continue à courir à côté du lac avant d’aller vers une grande allée où on court à contre-sens des coureurs qui sont avant nous.
C’était sûrement la partie que j’ai le moins aimé. 1km tout droit sur un passage assez étroit où le paysage est toujours le même, c’était assez ennuyeux.
Arrivés au 12km, on fait un demi tour et c’est reparti pour 1km sur la même allée mais cette fois, les coureurs qui sont à contre sens sont ceux qui sont derrière nous.
Bizarrement, ce km m’a paru plus court que le précédent. Sûrement parce que je savais qu’au 13eme, on irait courir autre part.

En parlant du 13e, il est là ! Juste au niveau d’un grand portail noir où un petit garçon, sur les épaules de son papa, attend désespérément que quelqu’un vienne lui taper la main. Trop adorable ! Je fonce direct, il est content, les parents aussi & Minnie Lilly également aha
Les supporters des courses vous boostent tellement ! J’adore répondre à leurs encouragements 🙂

On est à l’autre bout du lac maintenant et le chateau est juste en face, c’est magnifique ! Photoooo 🙂

Après ce brève passage au soleil, on retourne sur les chemins ombragés.
Je sais que c’est la fin alors je lâche rien même si les jambes commencent à être lourdes.
Après le panneau du 14e, je reconnais plus loin le chemin qu’on a prit au départ, l’arrivée est proche !
Je tape dans les mains de fillettes qui ont reconnu Minnie, je sourie aux mecs qui encouragent Mickey & qui me disent de tout donner.

Je les écoute : petit sprint final quand je vois l’arrivée où je retrouve ma copine Claire qui a déjà fini.
On récupère nos belles médailles, de l’eau et je retrouve la jolie Emilie qui me tend gentiment une belle rose 🙂

J’ai adoré la course ! Le parcours, l’endroit…tout était top ! À quand la prochaine dans ce merveilleux lieu ? 🙂

Merci encore à l’organisation, aux bénévoles et à tous les supporteurs ! Vous faites de nos courses des moments magiques  ❤

La photo collector de Claire, Emilie et moi-même. De vraies princesses muahaha

Compte-rendu des 10km l’Équipe

      Hello !

Il y a un 1 an, je participais pour la 1ère fois aux 10km l’Équipe. Même si, comme d’habitude, j’avais adoré l’ambiance de la course, je suis quand même rester sur ma faim aux niveaux des sensations… Mal au dos, souffle réduit, j’ai vraiment pas été au top. J’avais alterné marche/course car je ne supportais plus de courir, les km me semblaient interminables. 1h10 au final, dans de mauvaises conditions mais fière de l’avoir terminée.

Début 2017, la santé va mieux – le dos et l’anémie (d’où les soucis respiratoires) aussi. Je veux prendre ma revanche !
Mon dernier RP remontait aux 10km Paris Centre, en octobre dernier. J’avais réussi à décrocher un 56min41sec sans aucune prépa spécifique – je venais de terminer Disneyland Paris half marathon et je m’étais concentrée que sur ce premier semi.

Vous me connaissez, je cours principalement pour le plaisir et le chrono reste très secondaire. Pour preuve, la plus part de mes courses, je les fais sans objectif – si ce n’est kiffer 😉 Mais c’est vrai que j’aime bien me lancer des petits défis – et faire mon meilleur temps sur cette course en faisait parti 🙂

Je me suis donc trouvée un plan d’entraînement sur 6 semaines à raison de 3 séances hebdo. À côté, j’ai fais (un peu) de renforcement musculaire, du pilate mais surtout 1 séance d’indoor cycling à Let’s ride presque chaque semaine.

J’ai pris beaucoup de plaisir à préparer cette course. J’ai découvert le bonheur (ou pas) des séances en côtes & les longues séances de fractionnés. Je ne l’ai pas senti sur le coup mais chaque sortie m’a vraiment aidée à aller plus vite le jour J.

10 jours avant, j’ai participé au run Disney entre employés sur 5km ou j’ai réussi à tenir une allure de 5min16sec de moyenne. Un record de vitesse pour moi ! Ça m’a réconfortée dans l’idée que cette prépa marchait & que je commençais à retrouver un peu de vitesse 🙂

• Prépa 10km l'Équipe – Semaine 5 – Séance 2/4 • 》Fun Run Disney 🏁 RP 🏆 23'40" à ma montre mais je suis presque sûre que le parcours ne faisait pas 5km 😅 Enfin bon je suis contente je suis arrivée dans les premières nanas 😁 (4eme si je me trompe pas 🙄 – pour une fois que je suis au début du classement 😅😂) Un parcours pas mal dans les coulisses & aussi dans le parc Walt Disney Studios, c'était sympa 😎 Bravo à ma @founette2403 & à @caiez.lauren qui ont fait leur 1ere course & à ma @tekla.lazio qui a fait un super temps aussi 👌 L'année dernière j'en ai limite pleuré tellement j'avais eu mal. Ce soir, la victoire est trop belle 😍 #nopainnogain #fitness #instasport #toutestdanslatete #sportoftheday #cardio #fitfam #run #running #motivation #courir #courseapieds #plaisir #enjoyit #courirpourleplaisir #runningheroes #rundisney #runningfrance #justdoit #nikeplus #nrcs #squadrunner #foreverslower

A post shared by Lauréline 🇰🇭🇫🇷 • 25 • Paris (@marshmalilly) on

Le jour J

Short puma, débardeur Nike, montre Garmin Forerunner 230, oreilles Minnie, brassière Anita, chaussures Hoka One One Huaka

Plusieurs jours avant, ma copine Chloé me propose d’être mon lièvre. J’accepte volontiers car je voulais vraiment courir avec elle depuis un bail & surtout qu’elle est un vrai métronome quand elle gère son allure. Je savais qu’elle allait m’aider à ne pas aller trop vite & pas me cramer dès le début.

Je pars de chez moi avec Claire, une copine d’enfance que j’ai retrouvé 2 semaines plus tôt aux 10km pour Elles – le monde est petit 😉 Madame vient de commencer à courir mais elle va déjà beaucoup plus vite que moi aha Comme quoi – chacun sa vitesse & le seul adversaire qu’on peut avoir c’est soi-même ! 🙂

Nous nous séparons à la sortie du métro & je retrouve ma petite Chloé. On dépose nos sacs, pause pipi & on se dirige vers le SAS de départ 54min. Je lui dis que j’aimerais bien tourner en 5min30sec car c’est l’allure que j’ai travaillé pendant mon entraînement.
On papote, on est contentes d’être ensemble et de participer à une nouvelle course ! Chloé n’a pas recouru depuis le marathon de Paris & semble assez détendue. Moi ? Je commence à stresser – comme d’hab ! Vais-je vraiment réussir à tenir le rythme sur 10km ? Il fait chaud et je doute un peu de moi.

1er – 2eme km :
Le départ est donné, let’s go ! J’ai volontairement choisi de ne pas regarder ma montre – j’ai une totale confiance en ma Chloé. On commence par courir le long de l’avenue de Rivoli, ça fait bizarre sans voiture ! On se cale assez rapidement sur un bon rythme – même un peu trop rapide par moment mais Chloé me fait ralentir « on est qu’au début, tu lâcheras les chevaux au 6ème km ». Je me sens vraiment bien, il fait chaud mais ça ne me gène pas plus que ça.
Chloé par contre, a déjà bien chaud. J’aime bien regarder les gens autour de moi & le flocage de leur tee-shirt – beaucoup courent pour leur entreprise, je trouve ça sympa !

2eme – 5eme km :
Après le 2eme km, on déboule sur l’avenue de l’Opéra avec le fameux Opéra Garnier juste en face. C’est splendide ! Il brille de 1000 feux avec les rayons du soleil, on en prend plein la vue !
Je crois même que c’est à ce niveau là que je croise Marie (@tite.marie) qui m’a reconnue grâce à mes oreilles 😉
Petit demi-tour derrière l’Opéra et on rebascule sur l’avenue de Rivoli. Bon okay, il fait vraiment chaud en fait ! Avec Chloé, on cherche les coins d’ombre, quitte à coller les voitures garées sur le côté aha
Je sens quand même que ma copine crame sous le soleil & je suis contente de voir qu’on approche des 5km – le ravito ne devrait pas être loin !
Et effectivement, il est sur la gauche. On chope toutes les 2 une bouteille d’eau et on s’arrose – ça fait du bien !
On contourne ensuite la Madeleine où l’ombre des bâtiments nous soulage de quelques degrés. Je retrouve même ma collègue Marie (@marie_healthyrun) qui m’a aussi reconnue grâce à mes oreilles !
L’allure est toujours constante et je suis toujours aussi à l’aise, je suis ravie 🙂


Bon okay, Chloé est barrée et j’ai une sale tête mais c’est notre seule photo ensemble quand on court aha

6eme – 7eme km :
Après la Madeleine, on passe sur la place de la Concorde. Tiens Chloé, ça ne te rappelle rien ?
Bah oui, le marathon ! On avait fait le chemin en sens inverse et c’est sympa de le faire dans l’autre sens cette fois ci. Je continue d’avancer et je sens que Chloé galère un petit peu. J’ai un peu peur d’aller trop vite du coup et j’essaie de me caler à sa vitesse.
On passe devant un groupe d’enfants en hauteur qui m’encouragent « Allez Mickeyyyy! » (Mais non c’est Minnie rooooh :P) – j’adore mes oreilles aha !
Juste avant le tunnel, ça serre un peu et je me retrouve devant Chloé qui me dit « Vas-y, avance ! Je te suis ! Lâche tout ! » « Je sais pas… j’ai peur de la remontée après… » Que faire ? Essayer d’aller plus vite et prendre le risque de trop m’essouffler avec la remontée du tunnel ou y aller quand même franco ?
Bon – je n’ai pas trop le loisir d’y réfléchir car dès que je me retourne, je ne vois plus Chloé 😥 Naaaan ! Je vais faire comment sans elle ?

7km – 8km
J’essaie vraiment d’accélérer mais je n’y arrive pas. J’ai même l’impression que mon allure baisse aha
Je profite de la descente du tunnel pour faire de plus grandes enjambées et relâcher mes jambes (Dédé, si tu passes par là… t’as vu j’ai suivi ton conseil 😉 ). Je hais les tunnels mais au moins il fera frais dedans.
« Euh, on voit le jour à quel moment ?! » Voilà la question que je me suis posée pendant ce très TRÈS long tunnel. Vraiment. C’était affreux. Je ne suis pas claustrophobe mais j’avais l’impression d’étouffer et d’être écrasée par le noir. En plus, il faut un petit temps avant que la lumière du jour apparaisse et du coup, j’avais l’étrange impression d’avancer dans le vide.
J’appréhende quand même la sortie car en général, qui dit tunnel, dit remontée qui casse les pattes après.
LUMIÈÈÈÈÈRE ! J’ai entendu un soulagement général autour de moi quand on a tous vu l’arrivée de ce calvaire. Je guette la montée à la sortie. Ah bah non, on continue sur les quais.

8km – arrivée
Allez, plus que 2 km ! C’est rien non ? J’essaie de relancer les jambes mais elles ne veulent plus – je m’accroche donc à mon allure.
Petit coup d’œil à la montre : 5min40sec – oups ! J’ai bien baissé. Mais bon, c’est pas grave, c’est pas le moment de lâcher !
Je croise Naomie avec son drapeau des Adidas Runners, elle ne me voit pas mais je suis contente de l’apercevoir. Je vois aussi Athaa qui photographie tout le monde.
Après le panneau du 9eme km, j’aperçois au loin la petite montée qui permet de repartir sur la route principale. Et au final, je la redoutais mais elle est passée crème. Ce n’est jamais évident de relancer les gambettes après une pente mais je commence à voir l’arche d’arrivée et ça me motive pour garder le rythme.
Je regarde ma montre : il me reste 40sec avant de passer aux 55min. J’y crois pas ! Je vais finir ce 10km en 55min, comme je l’ai voulu !
La ligne d’arrivée n’est plus qu’à quelques mètres maintenant, j’essaie vainement de sourire aux photographes et j’me fais le petit sprint habituel. Je regarde de nouveau ma montre : 55min16sec. I DIT IT !

Je reste pas loin de l’arriver pour accueillir ma super Chloé. Elle arrive, toute aussi rouge que moi & me raconte qu’à la fin, elle a baissé le rythme. Elle a eu beaucoup de mal à supporter la chaleur, comme beaucoup d’autres d’ailleurs. C’était assez impressionnant le nombre de gens qui ont fait des malaises ou qui ont marché dès le départ.
On récupère nos médailles et le tee-shirt de la course. Je suis pas hyper fan de ce tee-shirt mais bon, ça fera toujours une sous-couche cet hiver 😉

Bilan
Je suis hyper contente de cette course ! Globalement, j’ai été assez à l’aise et je pense même que j’aurais pu aller un peu plus vite. Mais je ne voulais pas prendre le risque de griller mes cartouches dès le début. Je n’avais jamais tenu une allure comme ça sur une course donc c’était un peu l’inconnu pour moi.
J’ai beaucoup apprécié le parcours, qui change des tracés habituels qu’on a sur toutes les courses de Paris. Même si le passage dans le tunnel était affreux, je garde un très bon souvenir de l’ambiance.
Et enfin, même si tu dis être un « lièvre en carton », merci ma jolie Chloé pour m’avoir aidée à ne pas aller trop vite au début et m’avoir poussée à accélérer sur la fin (même si je n’ai pas trop réussi aha). J’ai été très heureuse de partager une partie de cette course avec toi 🙂

Merci à l’Équipe et aux nombreux bénévoles pour ce très très chouette souvenir !

Compte-rendu 10km pour Elles 2017

  

Avec Sofia et Claire

 Hello !

Un nouveau p’tit compte-rendu de course qui, j’espère, vous donnera envie de participer à cette course l’année prochaine 😉

Alors, les 10km pour Elles, c’est une course parisienne et, comme son nom l’indique, 100% féminine. Je n’avais pas pu la faire l’année dernière et j’étais bien contente de pouvoir prendre le départ cette année !

« Venez affirmer la sportive que vous êtes » est leur tagline et je trouve que c’est assez représentatif de l’ambiance de la course mais surtout de l’avant course. En effet, via la page Facebook, on pouvait s’inscrire à différents events sportifs. Séances de yoga, crossfit, run… une prépa sportive assez complète pour toutes les filles qui voulaient arriver comme des warriors le jour de la course 😉 Personnellement, je n’ai pu assister qu’à un seul cours de yoga/relaxation qui était pas mal mais sûrement pas assez « poussé » pour les vraies adeptes de yoga (que je ne suis pas). Je pense qu’ils ont voulu rendre les cours accessibles pour tous les niveaux et c’est un bon point !

Le village

Situé vers la Bibliothèque François Mitterand, c’était un petit village mais avec des animations sportives au rdv. Il n’y avait presque personne quand j’y suis allée (samedi après-midi) et j’ai pu récupérer mon dossard et celui de ma copine Carole sans soucis.
Le tee-shirt de la course est mignon mais j’aurais préféré la version bleue, plus sympa mais payante (2€ – mais si j’avais participé aux entrainements au début, je l’aurais également eu 😉 ).

D’habitude, je mets toujours le tee-shirt de la course mais la météo qu’ils prévoyaient pour dimanche m’a obligé de switcher avec un débardeur – beaucoup plus respirant !

Short Puma, oreilles de Minnie (Disneyland Paris), montre Garmin Forerunner 230, débardeur Craft, lunettes de soleil Polaroid, chaussures Hoka One One Huaka

La course

Retrouvaille avec les copines en début de course, on prend notre temps pour s’installer nos SAS. Les SAS sont d’ailleurs à entrée libre, ce qui est plutôt pas mal 🙂 Au moins, on ne va pas tous se marcher sur les pieds ! Je choisis d’aller dans celui des -1h et retrouve les filles du Happy Running Crew @aurorefrg @tiffanyhealthy et @benechat ainsi que ma Sofia @nevergiveupchallenge

1 – 2eme km :


Photo de Kevin Sabah

Il fait chauuuuud ! Heureusement que j’ai emmené une bouteille d’eau avec moi (merci Jodie ! Boulet que je suis, j’avais oublié la mienne à la maison aha). On part un peu devant avec @benechat mais on y va tranquillement. Le soleil tape déjà bien et du coup ma fréquence cardiaque augmente plus vite que d’habitude. On fait un peu nos touristes toutes les deux, on ne connait pas trop ce quartier là. Je ne cours jamais dans le 13e, à part aux runs Bio C Bon organisés par Andrea @runwithurdog.
Il y a quelques faux plats et on descend sous un tunnel qui rafraichit pas mal. Il est bien animé avec des jeux de lumière et de la musique, c’est top !

2eme-7eme km
Quand on ressort, on débarque sur les quais – les fameux. Il fait vraiment chaud et je n’arrête pas de boire ! Je laisse @benechat partir devant, elle a un rythme trop rapide pour moi 🙂
Et à ce moment là, je croise Naomie @la_mixx qui est meneuse d’allure 1h ! Trop contente de rencontrer une autre copine sur la course, je la salue et je lui dis que je vais rester avec elle, c’est moins vite que ce que j’avais prévu mais c’est pas grave.
On papote un peu, on encourage les filles derrière qui s’accrochent à nous. Naomie gère hyper bien ! Même avec nos montres qui sont décalées par rapport aux panneaux des km, elle reste dans le temps et l’allure prévue.
Vers le 4eme km, on croise les premières filles en sens inverse qui carburent ! De vraies machines ! 500m après, on arrive au ravito, on prend un peu d’avance pour aller chercher des gobelets et s’arroser, ça fait du bien ! 🙂
Entre le 6eme et le 7eme km, c’est à notre tour de croiser les filles qui sont derrière nous (on fait une boucle sur le parcours) et je vois ma copine Andrea @runwithurdog et j’arrive même à lui taper dans la main aha 😉 J’adore l’ambiance de cette course, tout le monde s’encourage et sourit malgré la chaleur ! On remercie les musiciens, on s’ambiance au rythme de leurs tambours et autres instruments – c’est kiffant, vraiment ! 🙂
Au 7eme km, 2ème ravito ! Je ne pensais pas qu’il y en aura 2 mais je suis r-a-v-i-e ! Ça veut dire que je vais pouvoir, de nouveau, m’asperger d’eau éhé. Je choppe 2 gobelets et je renverse tout dans mon dos. Ce n’était peut-être pas la meilleure des idées car je suis trempée et mes baskets aussi mais ça fait un bien fou !
Le ravito était un peu en pente et c’était pas évident de relancer les gambettes après quelques secondes de ralentissement mais on s’accroche ! Naomie encourage les filles, ça me booste également.

7eme – 10eme km :
Devinez qui arrive derrière moi ? Ma p’tite Sofia qui court avec une copine. On papote brunch, on rigole – on dirait même pas qu’on est en train de courir aha Mais du coup, sans le vouloir, j’ai lâché Naomie et les autres filles. Elle me dit de continuer à avancer car je vais trop vite pour rester dans l’allure des 1h. Je lui fais donc un p’tit byebye d’au revoir et je continue avec Sofia. Enfin je crois que je continue avec Sofia parce qu’après le 8eme, je l’ai perdue de vue !
Bon j’ai du accélérer sans faire gaff’ et me voilà toute seule pour les deux derniers km.
J’essaie de maintenir mon rythme mais ça devient vraiment dur. On repasse par le tunnel et j’ai du mal à relancer après la montée mais bon – je continue ! La fin est proche et je le sens 🙂
Ah bah tiens… voilà la p’tite arche ! Toutes les filles autour l’ont aussi aperçue et je sens que ça accélère de tous les côtés. Bon bah… moi aussi du coup je lâche les chevaux et je ne regarde que l’arche. Je ne pense même pas à mon souffle, au soleil qui tape dans la nuque, mon cerveau se déconnecte pour pouvoir passer la ligne d’arrivée – et là je repense au marathon, à la fameuse arche des 42,195km et à la joie que ça m’avait procurée en la franchissant. J’espère juste que mon coup d’accélération final ne me fera pas finir au SAMU comme la dernière fois ahaha
Mais non, tout va bien ! Je suis rouge écarlate mais contente de moi. J’aurais pu aller plus vite au début mais c’est pas grave, j’ai fais une super course avec pleins de copines et c’était top top top !
Je récupère la très jolie médaille et me dirige direct vers les ravito : de l’eau s’il-vous-plaîîîîît !

Bref – une course vraiment sympa ! Même si le parcours n’est pas foufou (un peu comme la plus part des courses parisiennes), j’ai aimé l’ambiance, les rencontres avec les autres filles (j’ai même croisé Claire, une copine du collège, au ravito d’arrivée !) & la jolie médaille toute colorée aux couleurs de l’été 🙂

Un grand merci à Manon pour le dossard, j’étais ravie de prendre part à cette édition 2017 🙂

Banana bread pudding

Ingrédients (pour 1 grosse portion)

1 banane bien mûre

1 œuf

100ml de lait d’avoine

2 tranches de pain de mie complet pour sandwich

1 c.à.c de cannelle en poudre

1 c.à.c de vanille liquide

– 2 c.à.c de fèves de cacao cru (optionnel)

Préparation

Préchauffer le four à 180°C, chaleur tournante.

– Dans un mixer, mixer les tranches de pain de mie, préalablement coupées en petits morceaux, avec le lait d’avoine et l’œuf

– Toujours dans le mixer, ajouter la banane en rondelles, la vanille liquide et la cannelle

Ajouter les pépites de chocolat et mélanger délicatement à l’aide d’une cuillère

Enfourner votre banana bread pudding pendant 20 min (pour savoir si votre cake est cuit, passer un couteau au milieu du cake et si le bout ressort sec, c’est que c’est cuit. Sinon, remettre votre cake à cuir).

Bon appétit 😉

Si vous utiliser une de mes recettes sur instagram, merci de rajouter le hashtag #healthylillyrecipe pour me notifier de vos réalisations 😀 

Compte rendu du Semi marathon de Bordeaux 2017

Hello ! 🙂

Me voici de retour pour un nouveau compte rendu : le Semi-marathon de Bordeaux 2017.
J’avais lu des jolis CR de cette course l’année dernière et il ne m’en fallait pas plus pour me motiver à la faire. Et qui de mieux que mon acolyte Jodie pour m’accompagner ?

La particularité de ce semi c’est qu’il commence à 20h, en même temps que le marathon et le marathon en relai. Et à part mon trail de nuit, je n’avais jamais eu l’occasion de faire une vraie course le soir, une première pour moi !

Début janvier, le dossard, le train et l’hôtel sont bookés. Je suis motivée comme jamais pour essayer de faire un RP sur ce semi. Le timing est parfait: la prépa peut se faire à mon retour du Cambodge. Seulement voilà, vous savez sûrement qu’entre temps, on m’a proposé de participer au marathon de Paris et je n’ai pas su dire non – tout en sachant que le semi de Bordeaux m’attendait la semaine d’après (folle la fille je sais).

Jeudi 13 avril, veille de notre départ pour Bordeaux, je prépare donc ma valise avec les jambes encore un peu douloureuses du marathon. Je préviens Jodie rapidement que je ne veux pas le courir plus vite que mon allure d’endurance fondamentale. Elle me répond en retour qu’elle ne comptait pas aller plus vite non plus, parfait ! 🙂

Le village de la course
Le retrait des dossards s’est fait hyper rapidement. Nous y sommes allées dès le vendredi soir, après notre petite sieste dans l’hôtel (un peu KO du voyage).
SAS 2h30 pour moi – SAS 2h pour Jodie. Sur le coup, on ne comprend pas trop pourquoi nos SAS sont comme « inversés » et ce n’est que le lendemain que je me rends compte que je m’étais occupée d’inscrire Jodie à la course et que j’ai sûrement fais une mauvaise manip’ lol. Bref – c’est pas grave car dans tous les cas, on peut changer de SAS au moment du départ (du moment qu’on ne veut pas passer dans les élites ou les préférentiels). On décide donc de se caler sur le SAS des 2h pour partir plus tôt (même si notre objectif était de le faire dans les 2h30).
Les bénévoles nous remettent notre pack de coureur : le sac de la course (violet), le dossard (bleu pour ceux qui font le semi), un échantillon de baume de tigre & le tee-shirt blanc de la course (berk berk!). Le village est tout petit et on a fait vite le tour des stands. Assez pour se rendre compte qu’on ne va sûrement pas acheter de souvenirs : les tee-shirts ou vestes sont tous au nom du marathon alors que nous, on va faire que le semi ! Mais heureusement, nous avons repéré dans le Decath de la ville une édition spéciale de tee-shirt kalenji : Bordeaux 15-04-17. Ils sont roses, il n’y a pas écrit marathon & il y a la date d’anniversaire de Jodie (et oui elle fêtait ses 26 ans le jour de la course !) : il ne nous en fallait pas plus pour nous décider à les acheter (10€ le tee-shirt).

Oreilles de Minnie (Disneyland Paris), tee-shirt Kalenji, montres Garmin, chaussures Hoka & Saucony, enceinte Beats

L’avant course

Tradition oblige : oreilles de Minnie au taquet ! Jodie avait aussi ramené les siennes. Tee-shirt de la course roses, legging noirs… on était presque jumelles :p Le petit plus ? l’enceinte de Jodie qu’on comptait embarquer avec nous (comme aux 20km de Paris). On avait tellement aimé mettre l’ambiance la dernière fois qu’on a décidé de retenter le coup ! Mais pour éviter le coup de la panne, on a décidé de prendre également mon chargeur portable pour la charger en cours de route.
C’est donc, chargées comme des mules, qu’on se dirige vers la course (en tram – il y avait un billet spécial marathon). On n’est pas trop stressées, ça sera une grosse sortie longue voilà tout. J’ai quelques douleurs aux pieds que je traîne depuis la veille mais je ne m’en inquiète pas plus que ça.

La course 

Arrivées avec 2h d’avance, on a tout le temps de déposer notre sac aux consignes (on a prévues des sacs poubelles pour avoir chaud après la course) et faire un tour aux toilettes. Manque de pot, on ne croise pas nos copines Cécilia et Andrea qui courent aussi à Bordeaux ce soir. Par contre, dans la queue pour les toilettes, je croise Layla.
Elle me dit d’ailleurs « Euh Lauréline ? Mais t’étais pas à Paris la semaine dernière ?! » « Ahaha si mais t’inquiète, ce soir ça sera sortie tranquille ! ». Elle va courir son marathon (et nous décrochera un chrono de ouf en fin de soirée d’ailleurs 😉 )
C’est vrai que c’est clairement pas raisonnable d’enchaîner un marathon avec un semi… mais bon, on prendra du repos après 😉

Avec nos oreilles, on nous prend même 3 fois en photo & on nous filme aussi – de vraies stars aha

Les SAS ouvrent à 19h30 pétantes et on était déjà devant celui de 2h avec Jodie pour faire la queue. Une fois ouvert, on essaie de se mettre à droite à côté des barrières pour ne pas gêner les autres coureurs quand on partira plus doucement qu’eux (mais avec du recul, on aurait dû se mettre dans un SAS plus lent car on est parties trop vite au début du coup – mais j’y reviendrai plus loin dans le CR).

passion sac poubelle

Les coureurs un peu à la bourre passent même par dessus les barrières. C’est un peu le bordel, on est tous serrés. Faut dire que dans ce SAS, il y a aussi les futurs marathoniens qui veulent le faire en 4h. Un peu après 20h, le départ est donné et avec Jodie, on lance notre musique 🙂

Bon, je suis désolée mais ce CR ne sera pas du tout aussi détaillé que mes autres CR car tout simplement j’ai eu l’impression de faire une sortie longue tranquillou dans une ville inconnue. Je n’ai donc pas vu les km défilés et je n’ai aucun repère « temporel » pour vous détailler comme il le faut ce CR.
Comme je l’ai dis plus haut, je ne visais aucun chrono. Je voulais juste y aller mollo avec ma copine Jodie et visiter Bordeaux. Et bien… je n’ai pas du tout été déçue du voyage ! 🙂

Joyeusement floues 🙂

Tout d’abord, les Bordelais était HYPER PRÉSENTS pendant presque toute la course. C »était impressionnant de voir autant de monde sur le bord de la route alors que le soleil se couchait. Ils étaient à fond, à nous encourager et nous taper dans les mains.
Grâce à nos oreilles de Minnie, nous avons eu AU moins une bonne centaine d’encouragements (et encore, je pense que je suis loin du compte car presque tout le monde nous a encouragé en vrai). Nous avons eu le droit au traditionnel « Allez Minnie ! » mais aussi « Allez Mickey ! » (euh.. on est Minnie nous !), « Allez les Mickeyttes ! » (trop drôle celui là aha) « Allez les souris ! » « Allez les papillons ! » (wtf ?!) « J’adore EuroDisney ! »  (je lui dis ou pas que ça ne s’appelle plus EuroDisney depuis un bail ? aha) « Vive Disney ! »

On nous a même demandé de faire un bisou au petit Timon (je sais Jodie que tu doutes de son prénom mais je suis sûre qu’il s’appelait Timon aha) qui faisait la course accompagné de braves coureurs qui portaient son fauteuil.

Je ne connaissais pas Bordeaux et j’ai adoré le parcours ! Surtout quand on est passés sur le pont la première fois – on a eu le droit à un très beau couché de soleil – c’était magnifique !

Et ensuite nous avons bifurqué dans une sorte de zone industrielle très sympa. À certains moments de la course, on passait devant des monuments ou des bâtiments joliment éclairés (photos photos !) et parfois dans des rues un peu silencieuses.

 Du coup, avec notre musique à fond, on mettait l’ambiance. Les coureurs à côté de nous se prêtaient même au jeu et dansaient. Beaucoup nous on remercié et c’était avec plaisir qu’on leur répondait. Franchement, c’était juste trop top d’avoir la musique qui nous accompagnait et observer les gens regarder autour d’eux pour voir d’où ça venait, nous repérer et essayer de rester dans notre parage pour en profiter encore un peu (ouais désolée les gars faut être lent pour pouvoir courir avec la musique :p).

Bon, l’enceinte nous a quand même lâchée vers le 18ème km et le chargeur n’a servi strictement à rien. On a du donc finir notre course sans motivation musicale et c’était un peu dommage. Surtout que ma Jodie commençait à avoir un petit coup de mou (on est parties un peu trop vite pour elle au début – on s’est trop laissées embarquées par les autres coureurs du SAS & j’avais aussi du mal à ralentir). Mais bon – elle a tenue le coup et j’essayais de la motiver comme elle l’avait fait pour moi lors des derniers km du marathon. Le dernier km était d’ailleurs assez long et on ne voyait pas l’arche. Mais une abonnée d’instagram nous a croisé à ce moment là et ça nous a redonné un p’tit coup de boost. Je disais même aux supporters d’encourager encore plus Jodie car c’était son anniversaire. Allez les gars !
En parlant de supporters, ils étaient beaucoup moins nombreux sur la 2eme boucle (bon en même temps il était 22h passés lol) et c’est vrai que sans musique, l’ambiance était par moment proche de 0.

Il faisait déjà bien nuit !

Petit sprint final à l’arrivée (enfin je crois) – on récupère nos p’tites médailles et on va vite enfiler nos gilets car on est gelées et on a loupées les couvertures de survie distribuées juste après l’arrivée.

Jodie est frigorifiée et a les pieds en compote (elle finira d’ailleurs par faire le km qui nous sépare de l’hôtel en chaussettes hihi) et j’ai les jambes un peu douloureuses mais ça va – je m’attendais vraiment à pire.

J’suis hyper fière de ma copine qui a battu son RP de peu 😉 elle n’a rien lâchée et je sais que ça n’a pas été évident pour elle car je l’ai un peu entrainée trop vite au début.
Mais c’est comme des masses qu’on est arrivées à l’hôtel. Douche et direct dodo. Dois-je préciser que le lendemain on était mortes de faim ? ahaha

Bref, pour résumer, j’ai ADORÉ et je vous recommande vivement de faire une des courses (semi, marathon ou marathon en relai). Prendre un départ le soir change clairement nos habitudes des courses à l’aube le dimanche matin. L’ambiance est géniale et on visite la ville sous un autre œil 😉

J’ai testé l’institut Smart Body !

Hello !
Je reviens vers vous aujourd’hui pour vous parler des soins que j’ai eu la chance d’avoir le lendemain du marathon de Paris au centre Smart Body (dans le 18ème à Paris)

Sauna japonais


Si vous êtes habitués au sauna ou hammam traditionnel, vous allez surement adoré le sauna japonais ! Vous entrez dans une cabine individuelle (dans le même genre que celles pour les UV) sauf que la tête reste à l’extérieur. C’est donc que le corps qui chauffe et c’est très agréable d’avoir la tête au frais. La séance dure 30min et j’ai patienté en regardant la télé 😉 Si la chaleur ne vous convient pas, vous pouvez toujours appeler l’hôtesse qui pourra la modifier.
C’était très sympa pour commencer la journée et cela m’a bien détendu !

Bassin de flottaison


Sûrement mon préféré ! Après une bonne douche chaude, vous entrez dans un petit bassin très peu profond dans une pièce tamisée. Il faut se laisser aller et se détendre complètement et c’est ultra apaisant. Le corps flotte tout seul et on se laisse bercer par le son de la musique. C’est très étrange de se dire qu’il y a à peine 20cm qui nous sépare du fond du bassin car la sensation de flottaison est au maximum ! L’eau est salée donc il faut faire attention aux petites plaies qui peuvent piquer (Mais le centre prévoit crèmes/vaseline/gants… pour se protéger avant d’entrer dans l’eau ou même les rincer à l’eau normale pendant l’immersion dans le bassin.
Le soin dure également 30min et après re-direction la douche pour bien se rincer du sel.

Hydromassage


LE massage qu’il me fallait post-marathon. C’est en fait une table où on s’allonge et des jets d’eau nous massent à travers le matelas. Ça masse de la tête au pied et tout comme pour le sauna, il y a divers programmes. J’ai opté pour le spécial « joggeur » qui a bien insisté sur mes jambes et mon dos douloureux, c’était impec !

Après ces 1h30 de soin, j’étais très très relax 🙂 C’était vraiment top de faire ça pour soulager les courbatures et mon corp tout fatigué ! À refaire sans hésitation soit post courses soit juste pour me détendre 😉

Un grand merci à Marion et à Claudie qui m’ont permis de passer un très agréable moment !

Mon premier Marathon : Marathon de Paris 2017

   Hello !

Je n’avais pas envie d’attendre trop longtemps pour vous faire ce compte rendu car j’ai envie de vous donner le plus de détails possibles 🙂

Préparation :


Qu’on se le dise : le marathon, j’y pensais mais pour 2018. En effet, je suis partie au ski fin janvier et j’ai enchainé avec 2 semaines de vacances au Cambodge – ce qui ne me laissait guère le temps pour une prépa correcte. C’est donc, dans l’optique de n’être qu’une supportrice, que j’avais noté le marathon de Paris dans mon agenda.
Mais ça, c’était avant que ma collègue Tekla me propose un dossard à mon retour du ski. Au début, j’ai refusé, lui disant que ma prépa serait ridicule (ça ne me laissait que 7 semaines avant le jour J) & que jamais je n’allais y arriver. Sauf que, à la fin de la journée, je pensais qu’à une chose : accepter et relever le challenge.
J’ai bien pensé à essayer de m’entraîner au Cambodge mais la chaleur + la pollution ne m’ont pas permis de courir beaucoup et surtout longtemps.
C’est donc dès mon retour que j’ai attaqué une prépa de 7 semaines avec 4 séances hebdomadaires.

J’ai adoré cette mini prépa. J’ai beaucoup couru en endurance, ce qui m’a permis d’être à un rythme vraiment tranquille et de ne pas être KO en fin de semaine. Les sorties longues s’allongeaient de plus en plus & j’avais qu’une hâte : de les faire !
Entre temps, j’ai eu le semi de Paris où j’ai essayé de courir en allure marathon mais comme vous avez pu le lire ici, j’ai couru plus vite que l’allure fixée. Je me suis alors promis de faire plus attention au marathon. Mais vous allez voir que ça n’a pas été vraiment le cas aha
Bref – c’est donc avec mes 7 semaines de prépa (280km environs) que je prends le départ dimanche matin – stressée comme jamais !

J’avais prévu de le courir à 6’30 » par km, même si je savais très bien qu’à la fin, je ralentirai. J’ai fais beaucoup d’étirements et de relaxation avec mon Bluetens pour m’éviter de vilaines blessures lors de la course. J’avais peur pour mon dos, mes genoux et mes pieds qui sortaient souvent douloureux de mes sorties longues.

Sac d’hydratation Kalenji, brassière Nike, débardeur adidas (que j’ai finis par changer pour mettre un tee shirt), short puma, ceinture Nike, chaussettes azertex, bas de compression cepcompression, chaussures Hoka One One, montre Garmin Forunner 230, headband sparkysoul (RIP à toi), oreilles de Minnie, barres gerblé amandes.

La course

Parmi le groupe de coureurs dans lequel j’étais (coucou d’ailleurs si vous passez par là André, Séverine, Amalia, Guillaume, Didier…), Amalia m’a proposé de courir avec elle car elle comptait le faire en 6’34 » par km. PARFAIT ! Je ne cherchais de toute façon pas un temps à battre donc ça me gênait pas d’y aller un peu plus doucement 🙂
Par contre, j’ai perdu mon headband fétiche Minnie juste avant la course, j’étais verte ! 😦

1er – 5eme km 

09h17, le départ est lancé. Tout le stress descend d’un coup et j’ai un peu de mal à réaliser. On va légèrement trop vite avec Amalia donc on essaie de ralentir pour rester entre 6’20 » et 6’30 » dans la descente. C’est beau punaise ! J’suis en train de courir le marathon de Paris. J’ai du mal à réaliser ! Je vois d’ailleurs ma maman après le départ, ce qui me booste et me fait sourire. Heureusement qu’elle est là pour me soutenir durant ces 42,195km 🙂
Je ne mets même pas de musique pour le moment, j’essaie de profiter un peu des alentours. J’ai le droit à beaucoup d’encouragements (vive les oreilles de Minnie !) et j’essaie de taper dans toutes les mains qui m’entourent. Je prends de l’énergie partout où j’en trouve, j’adore !
Au 2ème km, on voit ma p’tite Tekla et les amis d’Amalia (avec une immense pancarte qu’on ne pouvait pas louper !) – p’tit coup de boost encore ! C’est tellement génial d’avoir des amis qui viennent vous encourager !
Au niveau de l’allure, ça va. On va un peu vite par moment mais on essaie de se ralentir comme on peu.  Je me ravitaille avec de l’eau/jus d’orange que j’avais préparé et 1/2 barres amandes tous les 5km. D’ailleurs, ma montre annonce toujours les KM en avance (200/300 mètres quand même). C’est un peu décourageant de se dire qu’on a fait X de km mais que le panneau est plus loin ! Mais bon, on fait avec 🙂
Arrivées au 5ème, on croise de nouveau ma Maman et Tekla – On en profite pour faire un petit check up avec Amalia : tout va bien ! On continue donc notre lancée.

5eme – 13eme : 
Les km commencent à défiler doucement, sous le soleil, et on essaie de passer sous les jets d’eau pour s’arroser. Je ne souffre pas de la chaleur mais Amalia si, elle enlève même sa casquette. La côte au niveau de la rue de Reuilly passe toute seule ! Je la craignais un peu mais au final ça va.
Notre allure est presque régulière et j’essaie de ralentir quand je vois qu’Amalia est un peu plus derrière. J’avoue que ce n’était pas évident car je me laissais porter par mes jambes mais je ne voulais pas non plus être séparée de ma copine de course !
Arrivées au Château de Vincennes, je croise ma maman et aussi Tekla. Je suis contente de venir courir par là car, comme je l’ai dis à Amalia : « C’est ici que j’ai fais ma plus grosse sortie longue ! » « Et moi j’ai commencé à courir ici ! » – ça me fait sourire ! On a toutes les deux un souvenir avec le Bois de Vincennes 🙂
Dans le bois, on se demande s’il ne faudrait pas faire une pause pipi tranquillou derrière les arbres (comme font beaucoup de gens). Mais on a pas trop envie de s’arrêter même si je ne dirai pas non à un petit soulagement derrière un bosquet aha
On continue donc tranquillement notre course.

13eme – 21eme : 
Amalia fatigue un peu et me dit qu’elle va ralentir. Elle me dit que si je veux, je peux accélérer. Et c’est vrai que sur le coup, je me suis dis que ça serait peut être mieux car j’avais envie d’aller un peu plus vite. Je laisse donc, avec un gros pincement au cœur, Amalia… Mais devinez qui me tapote l’épaule à ce moment là ? Amaaaandine , elle me dit qu’elle a mal aux genoux et que ça ne va pas hyper bien. J’espère qu’elle finira quand même sa course !

Avec Amandine

Du coup, mes jambes partent toutes seules et me voilà à faire une moyenne de 6′, 6’15 », 6’20 ». Bref, du grand n’importe quoi ! J’essaie pourtant de me freiner mais comme pour le semi… je n’y arrive pas.
Vers le 15e, je me fais ma pause pipi. J’avais pas hyper envie mais je me dis qu’il me reste encore 27km et que je ne vais pas tenir. Hop là, ni une ni deux, je vais me cacher derrière un buisson et je repars presque aussitôt. J’ai par contre vachement de mal à redémarrer, mes jambes commencent à être un peu lourdes.
Vers le 17e km, mon papa m’appelle et me demande où je suis « Vers le 17 papa » « Ah bon ? Mince je suis au 10ème! » « Bah viens au 30 pour me voir sinon ^^ » « Tu y seras dans combien de temps ? » « Pfiouuuuu aucune idée ! » « Bon je te rappelle, je vais voir où je peux me mettre ». J’ai les larmes aux yeux, mon papa n’était pas sûr de pouvoir venir me voir et là… il est LÀ quoi !
Bref – j’essaie de me reprendre parce que bon, j’ai encore 25 bornes à faire ! (NON MAIS 25 QUOI)
Je croise alors Ninade @healthy.parisian.girl dans le petite montée de Charenton  qui galope comme jamais. Elle me dit qu’elle n’a pas trop mal (elle s’était fait mal au pied juste avant le marathon) et je la sens en pleine forme – go go girl !

21eme – 30eme :
Je passe le semi plus ou moins dans les temps que je m’étais fixée. Mais je sens que mes jambes sont vraiment dures et que je vais pas réussir à maintenir mon allure longtemps. Je tourne aux alentours de 6’30″/6’40 » maintenant (bah voilà c’est ça d’avoir voulu jouer la maligne les km d’avant !) Je revois, heureusement, ma maman au 22e km ainsi que mon amie d’enfance, Rebecca, qui était venue spécialement pour me voir ! Ca me met du baume au cœur 🙂 Et juste après la boucle qu’on fait vers Bastille, je vois mon papa qui m’avait prévenu qu’il serait vers là. Il est en train de filmer et j’ai la certitude que je vais finir en live facebook ahah (et c’était vrai ^^). Mon allure n’est pas cata mais on va attaquer les quais et le soleil tape fort. J’essaie d’ailleurs de passer sous les jets mais, malgré la sensation agréable du froid, j’ai le souffle qui se coupe et j’ai du mal à reprendre une respiration normale après. Je m’arrête d’ailleurs au ravito du 25eme pour choper une bouteille d’eau. J’ai soif d’eau et j’ai envie de m’arroser. (Mon mélange eau/jus d’orange commence à m’écœurer).
Même si je connais les quais par cœur (ils sont dans chaque courses parisiennes), ça me saoule un peu de les reprendre. Surtout qu’on finit par passer sous le trèèèèès long tunnel et même si je ne suis pas claustrophobe, j’ai la désagréable sensation d’étouffer.
Sur le chemin, je croise Gladys de @sogladfit, ça fait du bien de voir des têtes connues 🙂
Bref – les quais me cassent les pattes et j’ai du mal à redémarrer mais bon, je tiens le coup.
Vers la fin du 29ème, je re-croise ma maman et là c’est le drame. J’ai envie de pleurer. J’ai mal partout et je ne sais pas comment je vais continuer à courir pendant 13km.
Elle court à côté de moi, tenant tant bien que mal sa pancarte et son drapeau, et moi j’ai du mal à continuer. J’ai la gorge qui se serre et et j’ai du nouveau la sensation d’étouffer. J’essaie donc de me reprendre comme je peux. Surtout que je vois au loin le fameux panneau 30km. Vais-je me choper le fameux mur ?

30eme – 34eme : 
C’est dur punaise ! J’essaie de prendre de l’énergie autour de moi, de saluer les gens qui m’appellent Minnie et de taper dans les mains des enfants. Mon allure a bien baissé (même si je fais plus trop gaff à ma montre) et je tourne autour de 7′. Je suis presque à mon allure d’endurance mais j’ai du mal à avancer.
Je n’ai pas eu de mur à proprement parler (j’avais bien veillé à manger tous les 5km et bien boire) mais j’ai vraiment mal partout. Surtout que je vois au loiiiiin la montée du boulevard Suchet. Bon en vrai, elle n’était pas si terrible que ça mais le dos commence bien à tirer et j’ai du mal à avancer (je crois d’ailleurs que c’est vers là que je m’arrête pour marcher quelques secondes pour mettre du baume du tigre). Je rêve d’eau plate et de rafraichissement mais les ravito me semblent bien loin.
Et il me semble que c’est vers la fin de cette montée que Mariame de @mariame_duchesse me voit et me fait signe. Elle est aussi en train de courir et semble tellement fraîche ! Je lui dis que je ne vais pas y arriver mais elle me booste en me disant que je n’ai pas fais tout ça pour rien – et c’est vrai 😉
Le 34eme km arrive et je ne pense qu’à une seule et unique chose : trouver Jodie qui est censée m’attendre pour courir avec moi.

34eme – arrivée
ELLE EST LÀÀÀÀÀÀ ! Ma Jodie d’amour, ma copine d’instagram par excellence, celle avec qui je papote beaucoup beaucoup, avec qui j’adore tester de nouveaux restos, ma copine qui m’a mise au run, ma JODIE ! 😀 Je vous jure qu’à ce moment là, elle est arrivée comme du pain béni. J’avais terriblement besoin de soutien, j’avais la désagréable impression de faire du surplace tellement j’avais ralenti aha
Elle me dit alors : « bon poulette, il reste 8km. C’est rien 8km! » « Oui,oui… » J’avance tant bien que mal pendant qu’elle me raconte sa soirée, ce qu’elle a fait… je la laisse parler sans trop répondre – mais elle me fait passer le temps tellement plus vite ! Surtout qu’on est dans les Bois de Boulogne et que c’est une vue infinie d’arbres et de gens qui marchent/qui sont blessés. Elle me passe de l’eau, me demande si ça va, et n’arrête surtout pas de m’encourager. J’arrive même à retrouver une allure un peu plus rapide. Je m’arrête 2/3 fois pour étirer mon dos et j’essaie de repartir aussitôt.

On dirait pas mais je souffre ahaha – Merci Jodie pour la photo 😉

Les km ont beau passé plus vites, ils restent interminables. Je galère à avancer et je n’arrive même pas à me rendre compte de ce que je suis en train de faire. Je croise même Xavier qui me booste aussi en me disant de profiter de la fin. Pendant que certains marchent ou s’étirent, j’avance doucement mais sûrement. Jodie n’arrête pas de me dire que ce je fais est ouf mais j’ai du mal à la croire. Je veux juste arriver !
Vers la fin du 41eme, elle doit partir donc je me retrouve seule. Mais je sais qu’on approche de l’arrivée, les supporters n’arrêtent pas de nous crier « Allez, 300m! » J’espère que c’est vrai. J’accélère, comme le reste des gens autour de moi. On veut le terminer. Je regarde les coureurs à côté de moi & qui, malgré eux, me poussent à aller plus vite. Je les encourage mentalement.
ET LÀ, je vois les panneaux du 42e et plus loin l’arche. J’accélère comme je peux, ma montre bip pour me dire que je vais trop vite mais qu’importe, c’est la fin ! Je vois au loin le chrono et je regarde ma montre : je peux le faire en dessous de 4h45. Go go goooo ! Je donne tout ce que je peux et j’avance sans trop regarder autour de moi.

J’ai vraiment une sale tête aha 

Après avoir franchie la ligne d’arrivée, les larmes commencent à monter mais j’ai de nouveau une « crise » et je n’arrive plus à respirer correctement. Un gars du SAMU me prend en charge rapidement et je me retrouve dans une tente, avec d’autres blessés. Après 15 bonnes minutes au calme, où je retrouve une respiration correcte, ils me laissent repartir avec André, qui était venu me chercher. On va chercher mon tee-shirt, ma médaille et je me rends enfin compte de ce que je viens de faire. JE SUIS FINISHEEEER 😀

Au bout de ma vie aha – Merci Séverine pour la photo 🙂

Déçue de ne pas avoir vu ma maman avant la ligne d’arrivée (qui m’attendait depuis longtemps pourtant), ni Morgane @ohmybidou et Andrea @runwithyourdog qui étaient venues sur le parcours.

Bilan

C’était dur, on ne va pas se mentir ! Mais mon dieu, quel kiff ! Très fière de ne pas avoir marché  (à part pour m’étirer le dos) et d’avoir été au bout ! Hâte déjà d’être à l’année prochaine pour en faire un autre (ou le même – à voir!)

Un grand merci à ma maman qui m’a bien suivie et encouragée, à mon papa, à ma Tektek, à ma Rebecca et à ma Jodie (ma sauveuse !). Merxi aussi à ma Chouchou Carole @sweety.runneuse qui m’a, au final, offert son dossard et qui a été avec moi jusqu’au bout de cette prépa !Merci à tous ceux que j’ai croisé, aux supporters qui ont crié pour que Minnie ne lâche rien. Merci aux pompiers qui ont assuré pour l’eau, aux bénévoles, au SAMU et à tout ceux qui ont participé pour ce souvenir magique 🙂

Et un grand bravo aux autres finishers !

Banana bread sans œuf

Ingrédients (pour 1 banana bread individuel)

40 g de farine de pois chiche (ou autre farine)

50 g de compote de pomme

50 g de fromage blanc

– banane

– petite poignée de fèves de cacao crues (ou pépites de chocolat classiques)

2 c.à.c  de sucrant (sucre, stevia, miel…)

1/2 sachet de levure chimique

– Un peu d’huile de coco pour la cuisson

Préparation

Préchauffer le four à 180°C, chaleur tournante.

Écraser la banane en purée à l’aide d’une fourchette et la mélanger à la farine, au fromage blanc, à la compote et à la levure chimique.

– Ajouter les fèves de cacao et mélanger doucement

Huiler un moule individuel et le fariner. Y ajouter ensuite le mélange.

Enfourner le banana bread pendant 20 min (pour savoir s’il est cuit, passer un couteau au milieu et si le bout ressort sec, c’est que c’est cuit. Sinon, remettre à cuire).

Attendre qu’il soit refroidi avant de le démouler

 Bon appétit 😉

Si vous utiliser une de mes recettes sur instagram, merci de rajouter le hashtag #healthylillyrecipe pour me notifier de vos réalisations 😀 

L’aquacross chez Aqua by

Quand on arrive dans les locaux de l’Aqua by (82 Rue Notre Dame de Nazareth, 75003 Paris), on est gentiment accueilli à l’accueil où on nous fournit serviette et bouteille d’eau.

Les locaux disposent d’un sauna, vestiaire  (où on se déchausse avant) et bien entendu de toilettes.
Les vestiaires se ferment par code donc pas besoin de cadenas mais je vous conseille d’amener une paire de tongs ou de claquettes pour pouvoir marcher au sec après avoir enlevé vos chaussures.

La piscine, où a lieu les cours, est située en bas et même si elle n’est pas très grande, elle est bien suffisante pour y mettre une quinzaine de vélo.

J’ai donc eu l’occasion de tester le cours d’aquacross pendant 1h.
On y travaille le haut du corps et le bas du corps à travers 2 séries de 4 exercices qu’on répète 2 fois (après un bon échauffement).
Pour la quasi totalité des exercices, on utilise des accessoires type élastiques, poids ou bien les vélos.

C’est assez cardio et physique et le coach ne nous lâche pas ! Aha
J’étais vraiment KO à la fin, surtout au niveau des bras qui reste mon gros gros point faible. (Les exo avec les élastiques ont tué mes p’tits bras chamallows hihi)

Ça change vraiment du cross training qu’on trouve en salle car les mouvements dans l’eau sont plus ralentis (mais du coup plus intenses)

Bref – j’ai beaucoup aimé & si l’occasion se représente j’en referai volontiers car ça reste un bon moyen de faire du renforcement musculaire en s’amusant avec les copains autour 😉